Les baies sauvages toxiques

gui toxQuelques remarques préliminaires

◊ L'Ayurveda interprète l'agressivité d'une plante caractérisée par la présence d'épines ou de toxines dans ses tissus par l'exacerbation d'un tempérament pitta. Afin d'assurer leur survie les végétaux ont sélectionné au cours de l'évolution divers mécanismes de défenses susceptibles de repousser leurs prédateurs.
En s'équipant de remparts épineux ou en produisant des fruits toxiques certaines plantes affichent une forme d'égoïsme propre à décourager les cueilleurs qui souhaiteraient investir leur territoire.

Nous proposons ici un aperçu des baies toxiques les plus fréquentes que les promeneurs sont susceptibles de croiser lors de leurs promenades naturalistes dans l'hexagone. Le catalogue des plantes présentées ici est loin d'être exhaustif et ne peut refleter la diversité des espèces qui peuvent s'épanouir sous nos latitudes. En effet avec la mondialisation de nombreuses espèces exotiques toxiques ou pas sont importées et certaines réussissent parfois à s'échapper des jardins où elles sont théoriquement cloitrées. Donc il faut toujours rester circonspect en présence d'un fruit ou d'un organe de plante que l'on ne connait pas avant de tenter de le consommer.


◊ D'autre part l'intensité des troubles entraînés par l'ingestion de fruits toxiques dépend de la quantité absorbée, mais aussi du stade de maturité. En effet les fruits encore verts sont parfois plus toxiques, c'est le cas pour la morelle noire et la douce-amère.
Il faut noter aussi que l'on observe d'importantes variations individuelles de sensibilité vis à vis des fruits toxiques.

 

Fruits rouges ou orangés à maturité

 
 
  
    
Plante
Dimension du fruit / couleur
Mois de fructification
(Présence du fruit)
Symptômes toxiques
M = risque mortel
Arum tacheté
3-9 mm / vert puis rouge
7-8-9-10
Oedème au niveau buccal
Troubles digestifs / M
Asperge officinale
6-8 mm / vert, puis rouge
8-9-10
Troubles digestifs
5-7 mm / vert, rouge, puis orangé
8-9-10
Vomissements, diarrhées cholériformes et sanglantes / M
Chèvrefeuille des bois et camerisiers divers
4-7 mm / vert, puis rouge
8-9-10-11
Troubles digestifs
Daphné mezereum
6-9 mm /vert , puis rouge vif
7-8-9
Troubles digestifs, vésicant / M
Douce-amère
8-15 mm / vert, puis rouge
9-10-11(hiver)
Troubles digestifs, hémolyse
Fragon épineux
9-11 mm / vert, puis rouge vif
9-10-11(hiver)
Troubles digestifs
Fusain d'Europe
10-15 mm / vert, puis rouge clair
9-10
Troubles digestifs et cardiaques
7-8 mm
9-10-11(hiver)
Troubles digestifs
If
Arille rouge enveloppant une graine bruneovale de (7x4.5mm)
8-9-10
Troubles digestifs neurologiques et cardiaques / M
Lyciet
15 à 25 x 7 à 9 mm / vert, rouge, puis orangé
7-8-9
Troubles digestifs (fruits verts)
Muguet
6-9 mm / vert, puis rouge vif
7-8-9-10
Troubles digestifs et cardiaques
Tamier
8-12 mm / vert, puis rouge
8-9-10-11
Troubles digestifs / M
Viorne obier
8-9 mm / vert, puis rouge
8-9(hiver)
Troubles digestifs et cutanés

 

Viorne obier (Viburnum opulus)
Les fruits de la viorne obier (également appelé sureau des marais) sont réputés vénéneux en Europe.

En revanche, les fruits d'une espèce d'Amérique du Nord, très proche botaniqueViorne obierment, Viburnum edule sont largement consommés.

Après les premières gelées, les fruits de cette espèce connue sous le nom de pimbina au Canada sont mous et plus doux. Ils sont alors utilisés cuits avec du sucre pour confectionner des gelées, des compotes, ou des pâtes de fruits. Il faut tenir compte de la susceptibilité digestive individuelle de chacun et bien se rappeler que crus les fruits sont plutôt purgatifs.

 

 

Fruits noirs à maturité

 
 
    Belladone  Bourdaine
    
Plante
Dimension du fruit / couleur
Mois de fructification
(Présence du fruit)
Symptômes toxiques
M = risque mortel
Belladone
15-20 mm / vert, puis noir brillant
8-9-10
Mydriase, sécheresse de la bouche,délire / M
Bourdaine
5-7 mm / vert, puis rouge et enfin noir
8-9
Troubles digestifs
Chèvrefeuille noir
8-10 mm / noir mat (bleuté)
8-9
Troubles digestifs
Daphné laureola
9 x 4 à 6 mm / noir mat
8-9
Troubles digestifs
Laurier cerise
12 mm / vert, puis orangé et enfin noir
7-8-9-10
Troubles digestifs et respiratoires
Morelle noire
7-12 mm / vert, puis noir
9-10
Troubles digestifs, hémolyse
Nerprun
6-8 mm / noir
9-10
Troubles digestifs
Troène
6-9 mm / vert, puis noir
9-10 (tout l'hiver)
Troubles digestifs, hémolyse / M

 

 

Fruits bleu-violacé, noirâtre à maturité

 
Plante
Dimension du fruit / couleur
Mois de fructification
(Présence du fruit)
Symptômes toxiques
M = risque mortel
Actée en épi
7-8 mm / vert, puis bleu-noir, avec une rainure de la base au sommet
8-9
Troubles digestifs, vésicant
Lierre
6-8 mm / vert, puis bleu-noir
3-4-5
Troubles digestifs, nerveux,respiratoires
Parisette
6-12 mm / bleu-noirâtre
7-8
Troubles digestifs, cardiaques
Phytolaque
5-9 mm / vert, puis noir-violacé
8-9-10
Troubles digestifs, hémolyse
Redoul
4-6 mm / vert, puis noir-violacé
7-8
Troubles digestifs, nerveux,respiratoires
Sceau de Salomon
8-11 mm / vert, puis noir-bleuté
8-9-10
Troubles digestifs, cardiaques

 

Fruits blanchâtres à maturité

 
symphorine tox
       
Plante
Dimension du fruit / couleur
Mois de fructification
(Présence du fruit)
Symptômes toxiques
M = risque mortel
Gui
 
6-9 mm / blanc-jaunâtre
12 (tout l'hiver)
Troubles digestifs et cardiovasculaires / M
Symphorine
 
10-15 mm / blanc mat
8-9-10-11 (hiver)
Troubles digestifs

 

Secourisme

 Que faire en présence d'une personne victime d'une intoxication ?
Contacter le centre anti-poisons le plus proche et communiquer le maximum d'informations concernant les circonstances de l'événement. Il est très important de connaître:
· la nature de la plante en cause si vous l'avez déjà identifiée (sinon collecter le plus de détails qui permettront à un spécialiste de l'identifier)
· la quantité absorbée
· l'heure de l'ingestion .

 

 

La famille des Rosacées et le risque d'intoxication cyanhydrique

 

De nombreux arbres fruitiers de la famille des Rosacées donnent des graines renfermant des hétérosides cyanogénétiques, les plus connues étant:
l'abricotier, l'amandier, le cerisier, le poirier, le pommier, le pêcher, le prunier
Lorsque les graines sont broyées des enzymes présentes in situ vont provoquer une réaction enzymatique qui va conduire à la décomposition de ces hétérosides .
Ainsi quand on écrase une amande amère il se produit la réaction suivante :

amygdaloside + enzyme (émulsine) ---- > Aldéhyde benzoïque + acide cyanhydrique + glucose

L'odeur typique d'amande amère est due au dégagement d'aldéhyde benzoïque

Des réactions enzymatiques similaires peuvent s'observer dans d'autres familles botaniques où il y aura également libération d'acide cyanhydrique potentiellement dangereux ( Caprifoliacées, Euphorbiacées, Linacées, Papilionacées,...) .

L'intoxication cyanhydrique se traduit par des nausées, de l'angoisse ,des troubles respiratoires, des contractures des mâchoires, de la mydriase et peut aboutir à un coma évoluant vers la mort par asphyxie.

 

Pour en savoir plus sur les espèces végétales dangereuses cliquez sur les liens ci-dessous

Bulletin de vigilance édité par l'Anses concernant le risque de confusion entre plantes comestbles et toxiques
Confusion entre plantes toxiques et comestibles

Reconnaitre les plantes toxiques

Pin It